Entreposer une urne funéraire dans un columbarium

Si un de vos proches vous a quitté, il y a deux choix pour l’honorer la dernière fois. Il y a l’enterrement, c’est-à-dire que c’est le corps que vous enterrez directement dans la tombe. La crémation sert à brûler le corps avant de le mettre dans une urne cinéraire. Mais qu’est-ce qu’il faut faire après ce deuxième choix.

La conservation du cendre du défunt

Lorsque la personne décédée était très proche de vous, vous avez décidé de garder ses cendres à la maison chez vous. Mais cela est interdit par la loi depuis 2008 car la justice a pensé qu’il y a des lieux qui ont été créés pour déposer ces choses afin qu’il puisse se recueillir. C’est-à-dire soit dans un cimetière ou tombeau familial soit dans des columbariums soit dans les jardins du souvenir. C’est interdit d’éparpiller les cendres dans des lieux pour tous publics ou des endroits privés. Il faudra avoir une autorisation avant de le faire soit par la commune pour les lieux publics soit par la propriété pour les lieux privés. Si la personne est morte avant l’année 2008 alors vous avez le droit de réserver chez vous ses cendres même jusqu’à aujourd’hui. Pour plus d’informations sur les articles de cette loi : veuillez consultez des sites comme xn--pompes-funbres-4jb.net.

La réclamation des cendres

Vous avez un an pour pouvoir choisir ce que vous voulez faire des cendres. Ils seront placés dans une urne cinéraire et conservés dans un lieu culte que la famille avait choisi. Au-delà de cette limite, les cendres appartiendront à la commune après avoir vous contactez. Elle pourra prendre la décision de ce qu’elle va faire des cendres comme les disperser dans un tombeau communal ou dans des cimetières les plus proches. Sachez que le choix sur l’emplacement de la perte d’un être cher est très important. Il y a ceux qui les personnalisent afin que le défunt puisse se souvenir de ses goûts quand il était en vie. Cette urne peut être ornée des effigies de la personne morte comme ses médaillons. Il y a aussi l’option de sceller l’urne directement sur le monument dans les funéraires. De nos jours, ils proposent des urnes plus écologiques c’est-à-dire l’emploi des matériaux biodégradables. Vous pourriez avoir des conseillers dans les pompes funèbres qui accompagneront la famille sur le choix de la composition florale ainsi que du panier dans lequel vous allez les placer. Cette aide sera utile jusqu’à la dernière demeure du défunt.

Les divers choix

D’habitude, les gens possèdent un testament dans lequel sont écrites toutes ses dernières volontés lors de sa mort. Il y écrira aussi ce que vous allez faire de ses cendres une fois que le corps est brûlé. Si c’est le contraire, qu’il n’a rien écrit alors c’est la famille qui en décidera. Il y a de nombreuses possibilités comme déposer l’urne dans un columbarium, la sceller dans un monument funéraire, les disperser dans un jardin de la commune ou des souvenirs. Les proches peuvent aussi faire le choix de les éparpiller dans la nature tel que la forêt ou la montagne, la mer. Il y a aussi la manière d’inhumer l’urne avec un accord préfectoral. Des formalités doivent être remplies afin de réaliser cette volonté. Si c’est l’urne communale qui a été choisie alors, il faudra que la mairie signe une autorisation : c’est une obligation. Pour un endroit comme des services publics tel que le site cinéraire qui fera un objet dans la commune pour citer la place où se trouve le site. Pour la dispersion dans des lieux privés, l’accord écrit de la propriété est nécessaire. Par exemple, le défunt adore se baigner ou l’eau en général : pour sa dernière volonté, vous devriez disperser ses cendres dans la mer mais une déclaration à la mairie du port sera utile afin de pouvoir l’appliquer.

Comment se déroule la crémation ?
Comment le numérique dépoussière le secteur de la plaque funéraire ?